ADDRESS OF HE MOHAMED ARKAB, PRESIDENT OF THE COUNCIL OF MINSTERS OF APPO DELIVERED TO THE 41ST SESSION OF THE APPO COUNCIL OF MINISTERS, HELD VIA VIDEO CONFERENCE ON TUESDAY 14TH DECEMBER 2021

ADDRESS OF HE MOHAMED ARKAB, PRESIDENT OF THE COUNCIL OF MINSTERS OF APPO DELIVERED TO THE 41ST SESSION OF THE APPO COUNCIL OF MINISTERS, HELD VIA VIDEO CONFERENCE ON TUESDAY 14TH DECEMBER 2021

Excellencies Ministers and Plenipotentiaries of APPO Member Countries, Excellencies guest Ministers, The Chairman and Members of the Executive Board of APPO, The Secretary General of APPO, other delegates, distinguished ladies and gentlemen.

I am pleased to welcome you all to the 41st Session of the APPO Council of Ministers which the emergence of the new variant of COVID-19, Omicron, has forced us to now hold virtually, against our plan to host all of you in our hospitable city of Algiers.

This measure is necessary in view of our sense of responsibility to ensure the health and good conditions of this important meeting for its success.

Excellencies,

since our last regular meeting in Niamey, the Council has had some new members, and I am most pleased to welcome

  • His Excellency Bruno Jean-Richard ITOUA, Minister of Hydrocarbons of the Republic of Congo,
  • His Excellency Budimbu Ntubuanga DIDIER, Minister of Hydrocarbons of the Democratic Republic of Congo,
  • His Excellency Thomas CAMARA, Minister of Mines, Petrol and Energy of Cote d’Ivoire,
  • His Excellency Mohamed Mahaemed M. OUN, Minister of Oil and Gas of the State of Libya, and
  • His Excellency Mahammane Sani MAHAMADOU, Minister of Petrol, Energy and Renewable Energies of the Republic of Niger,

to their very first Meeting of the APPO Council of Ministers. I am confident that the deliberations of the Council will benefit from their vast experiences in the industry and in administration. We look forward to your contributions to our collective efforts to address the serious challenges that the Energy Transition poses to our national economies and the well-being of the peoples of our continent.

Please convey our deep appreciation to your predecessors Their Excellencies:

  • Jean-Marc Thystere TCHICAYA,
  • Professeur Aime Ngoy MUKENA,
  • Abdulrahman CISSE,
  • Mustafa Sanalla, and
  • Foumakoye GADO

for their contributions to the growth and development of our Organization. We all wish them success in their future endeavors.

Excellencies,

I would also like to express my personal appreciation and that of the Council to Her Excellency Madame Aishatou Sophie GLADIMA, Minister of Petroleum and Energies of the Republic of Senegal, and His Excellency Dr. Mathew Opoku PREMPEH, Minister of Energy of the Republic of Ghana, represented at this meeting by His Excellency Mohammed Amin ADAM, Deputy Minister of Energy of Ghana for honoring our invitation to this meeting.

I would also like to recognize the presence of the Executive Director of the African Energy Commission of the African Union, AFREC, Ali Abdalla RASHID and the Executive Chairman of the Africa Energy Chamber, Mr. N. J. Ayuk, two continental partner energy institutions that have been collaborating with the APPO Secretariat since the reform.

Your presence at today’s meeting is testimony to the growing realization by the continent of the need for all of us in the industry to come together to chart the African path to the global energy transition.

It is in this sense that I invite you to join forces to lead the way for the African oil and gas industry in order to follow the development of this industry to ensure (i) the security of energy supplies (ii) significant socio-economic benefits on our countries and (iii) the financing and acceleration of the energy transition to achieve the objectives of 2050 and 2063.

Excellencies,

the year 2021 started off well with the oil market looking up after recovering from the unprecedented crash of April 2020, thanks to the effort and foresight of many oil-producing countries that have avoided an unprecedented global energy crisis.

The market witnessed steady rise in price, from an average of USD 54 per barrel in January to USD 84 per barrel in October. The emergence of the new strain of COVID19, the Omicron, poses another threat to global oil market stability. We all hope that necessary measures will be taken to limit the negative consequences of this threat.

For us in APPO, the danger goes beyond global oil market volatility to the very survival of the industry on our continent.

Since the Paris Climate Agreement and especially since COP26 in Glasgow, the pressure on us to abandon fossil fuels for renewable energies has been on the increase. Transition targets have been set that do not take into consideration the different levels of socio-economic developments of the various countries that are signatories to the climate treaty.

Today’s developed countries that had relied on fossil fuels to transform their economies and societies, are telling us that the same fuels that changed their economies and societies for the better are dangerous for the world and that we should abandon them. But we have not been given any viable alternative. This is more so that collectively Africa has over 125 billion barrels of proven crude oil reserves and over 500 trillion cubic feet of natural gas.

Today more than ever, the most industrialized and developed countries must give us their support and assistance to develop our economies and industries in a sustainable framework based on a win-win approach.

What we expected the developed world to be talking to us about is the provision of technologies that would make the exploitation, processing and use of our proven oil and gas reserves more environmentally friendly. 

What we expect is for these countries to assist us to develop the necessary infrastructure to provide the over 900 million people on the African continent without access to modern energy, the means to do so.

They have the means, essentially the technologies, to do this. And we believe that and they should make them available to countries with huge energy deficiency like in Africa.

With about half the African population living without access to electricity and some two-thirds living without access to any form of modern energy, Africa cannot at this time contemplate abandoning oil and gas, which we have in abundance for technologies we know little about.

Excellencies,

lest we are misunderstood. I should like to restate our position on the global energy transition, a position that we all owe the organization and the continent an obligation to educate the world about. And that is APPO is not contesting the science of climate change. Nor are we against humane efforts aimed at tackling the dangers of climate change.

Climate change is real. What we are contesting is the imposed and unilateral approach to handling it, where developed countries of the world that have for over one hundred years used fossil fuels to grow their economies and societies, and have all along been aware of the dangers of fossil fuel emissions, are now telling us that fossil fuels are dangerous to mankind and that we should all abandon it for renewables.

And this is happening at a time that our economies are poised to launch themselves for industrialization, that require a lot of energy, and where their economies have graduated from reliance on industrial production to knowledge production and artificial intelligence, and therefore require less energy.

Excellencies, distinguished delegates,

all forecasts show that energy demand growth in Africa in the next decade and a half shall be 40% of what it is today. This is against global demand growth of 10% for the same time period.

Similarly Africa’s population is expected to double in less than three decades from today, compared to global rate of growth of 26% for the same period. The implications of these figures is that Africa needs all the energy it could get to be able to meet the UNSDG goals.

It is therefore clear that the biggest losers from a unilateral and aggressive pursuit of the energy transition will be Africa. Not because we are the only continent that produces fossil fuels. No. Africa as a whole does not produce the amount of oil and gas that individual countries do. But our strategy is that, unlike other regions of the world that have, to a large extent, used their oil and gas wealth to diversify their economies, Africa’s oil-producing countries have remained largely dependent on fossil fuel revenues.

I am pleased to note that the foresight of this Council on this issue led to the commissioning of a major study on The Future of the Oil and Gas Industry in Africa in the Light of the Energy Transition, the report of which will be presented to this meeting later today. As we come to consider the report and recommendations of that study, I urge all colleagues to look at it dispassionately and with the long term interests of our peoples and continent.

This is particularly important in view of the key challenges that the energy transition has thrown to the oil and gas industry especially in Africa. For an industry that is very capital intensive as well as highly technologically driven, the policies being introduced by the developed countries may dangerously impact our industries, which were promised a flourishing future a few years ago.

How else does one explain the shutting down of faculties of petroleum studies in some of the world’s most reputable petroleum research institutions? How else does one explain the blanket ban by key global financial institutions of funding for hydrocarbon projects? Are we prepared to declare the huge proven reserves in Africa as stranded assets when we have the largest proportion of the world’s population living in energy poverty? What is the way out for Africa? These are some of the issues that we will address later during this meeting.

Excellencies,

the year 2021 is effectively the first full year of the operations of the APPO Secretariat since the end of the Reform in December 2019, as most of 2020 was under Covid19 lockdown, with the Secretariat unable to recruit staff nor have those recruited report for work until in the last quarter of the year. We shall hear from the Chairman of the Board and the Secretary General on the activities of the Secretariat during this first full year of operations.  Before that however, I would like to invite our guest Ministers to deliver goodwill messages.

I would like to start by inviting Her Excellency Aishatou Sophie Gladima, Minister of Petroleum and Energy of the Republic of Senegal to give us her goodwill message……….

Thank you, Excellency Madame Minister, for those kind words. We eagerly look forward to the full membership of Senegal in APPO.

It is my pleasure to now invite His Excellency Mohammed Amin Adam, Deputy Minister of Energy of Ghana to give us his goodwill message……..

Thank you, Excellency Minister Adam. We look forward to the full Membership of Ghana in APPO.

I would now like to invite the Secretary General to report on the status of the implementation of Ministerial Council Resolutions 271 and 272 and any other matter that shall require the attention of the Council. 

DISCOURS DE S.E.M Mohamed ARKAB, PRÉSIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L’APPO PRONONCÉ À L’OCCASION DE LA 41ÈME SESSION DU CONSEIL DES MINISTRES DE L’APPO, PAR VIDÉOCONFÉRENCE LE MARDI 14 DÉCEMBRE 2021

Excellences Messieurs les Ministres et Plénipotentiaires des Pays Membres de l’APPO, Excellences les Ministres invités, Le Président et les Membres du Conseil Exécutif de l’APPO, Le Secrétaire Général de l’APPO, les autres délégués, Mesdames et Messieurs,

Je suis heureux de vous accueillir à la 41ème Session du Conseil des Ministres de l’APPO, que l’apparition de la nouvelle variante du COVID-19, Omicron, nous a obligé à tenir virtuellement, alors que nous avions prévu de vous accueillir tous dans notre ville hospitalière d’Alger.

Cette mesure s’est imposée au regard de notre sens des responsabilités pour veiller à la santé et aux bonnes conditions de déroulement de cette importante réunion en vue de sa réussite.

Excellences,

depuis notre dernière réunion ordinaire à Niamey, le Conseil a accueilli de nouveaux membres, et je suis très heureux d’accueillir :

  • Son Excellence Bruno Jean-Richard ITOUA, Ministre des Hydrocarbures de la République du Congo,
  • Son Excellence Budimbu Ntubuanga Didier, Ministre des Hydrocarbures de la République Démocratique du Congo,
  • Son Excellence Thomas CAMARA, Ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie de la Côte d’Ivoire,
  •  Son Excellence Mohamed Mahemed M. OUN, Ministre du Pétrole et du Gaz de l’Etat de Libye, et
  • Son Excellence Mahamane Sani MAHAMADOU, Ministre du Pétrole, de l’Energie et des Energies Renouvelables de la République du Niger,

et ce, à leur toute première Réunion du Conseil des Ministres de l’APPO. Je suis convaincu que les délibérations du Conseil bénéficieront de leurs vastes expériences dans l’industrie et dans l’administration. Nous attendons avec impatience vos contributions à nos efforts collectifs pour relever les sérieux défis que la transition énergétique pose à nos économies nationales et au bien-être des peuples de notre continent.

Veuillez transmettre notre profonde reconnaissance à vos prédécesseurs, leurs Excellences :

  • Jean-Marc Thystere TCHICAYA,
  • Professeur Aime Ngoy MUKENA,
  • Abdulrahman CISSE,
  • Mustafa Sanalla, et
  • Foumakoye GADO,

pour leurs contributions au développement de notre Organisation et leur souhaiter à la même occasion, de la réussite dans leurs projets.

Excellences,

je voudrais également exprimer mon appréciation personnelle et celle du Conseil à Son Excellence Madame Aishatou Sophie GLADIMA, Ministre du Pétrole et des Énergies de la République du Sénégal et à Son Excellence le Dr Mathew Opoku PREMPEH, Ministre de l’Énergie de la République du Ghana, représenté par Son Excellence Mohammed Amin ADAM, Vice-Ministre de l’Énergie du Ghana, pour avoir honoré notre invitation à cette réunion.

Je voudrais également saluer la présence du Directeur Exécutif de la Commission Africaine de l’Energie de l’Union Africaine, AFREC, Ali Abdalla RASHID et du Président Exécutif de la Chambre Africaine de l’Energie, Monsieur N. J. Ayuk, deux Institutions énergétiques partenaires du continent qui collaborent avec le Secrétariat de l’APPO depuis la réforme.

Votre présence à la réunion d’aujourd’hui témoigne de la prise de conscience croissante par le continent de la nécessité pour nous tous, acteurs de l’industrie, de nous rassembler pour tracer la voie africaine vers la transition énergétique mondiale.

C’est dans ce sens, que je vous invite à unir nos forces pour porter la voie de l’industrie pétrolière et gazière africaine pour suivre le développement de cette industrie devant permettre d’assurer (i) la sécurisation des approvisionnements énergétiques (ii) d’assurer d’importantes retombées socioéconomiques sur nos pays et (iii) d’assurer le financement et l’accélération de la transition énergétique pour atteindre les objectifs de 2050 et 2063.

Excellences,

l’année 2021 a bien commencé avec un marché pétrolier qui s’est redressé après le crash sans précédent d’avril 2020 et ce grâce à l’effort et à la clairvoyance de nombreux pays producteurs de pétrole ayant évité une crise énergétique mondiale sans précédent.

Le marché a connu une hausse régulière des prix en 2021, passant d’une moyenne de 54 USD par baril en janvier à 84 USD par baril en octobre. L’émergence de la nouvelle souche de COVID-19, l’Omicron, constitue une autre menace pour la stabilité du marché mondial du pétrole. Nous espérons tous que les mesures nécessaires seront prises pour limiter les conséquences négatives de cette menace.

Pour nous, à l’APPO, le challenge va au-delà de la volatilité du marché pétrolier mondial et concerne le futur proche de l’industrie pétrolière et gazière sur notre continent.

Depuis l’Accord de Paris sur le Climat et surtout depuis la COP26 à Glasgow, la pression exercée sur les pays producteurs d’hydrocarbures pour abandonner les combustibles fossiles au profit des énergies renouvelables n’a cessé de croître. Des objectifs de transition ont été fixés qui ne tiennent pas compte des différents niveaux de développement socio-économique des divers pays signataires du traité sur le climat.

Les pays développés d’aujourd’hui, qui s’étaient appuyés sur les combustibles fossiles pour transformer leurs économies et leurs sociétés, nous disent que ces mêmes combustibles qui ont changé leurs économies et leurs sociétés pour le mieux sont dangereux pour le monde et que nous devrions les abandonner. Mais aucune alternative viable ne nous a été proposée et ce, d’autant plus que l’Afrique possède collectivement, selon certaines estimations, plus de 125 milliards de barils de réserves prouvées de pétrole brut et plus de 500 trillions de pieds cubes de gaz naturel.

Aujourd’hui plus que jamais, les pays les plus industrialisés et développés doivent nous apporter leur soutien et accompagnement pour développer nos économies et nos industries dans un cadre durable basé sur une approche gagnant-gagnant.

Nous nous attendions à ce que le monde développé nous parle de la fourniture de technologies qui rendraient l’exploitation, le traitement et l’utilisation de nos réserves prouvées de pétrole et de gaz plus respectueux de l’environnement. 

Ce que nous attendons de ces pays, c’est qu’ils nous apportent leur assistance pour développer les infrastructures nécessaires pour fournir à plus de 900 millions de personnes du continent africain qui n’ont pas accès à l’énergie moderne, les moyens de le faire.

Ils ont les moyens, essentiellement les technologies, de le faire. Et nous pensons qu’ils devraient les mettre à la disposition des pays souffrant d’une énorme carence énergétique comme en Afrique.

Avec environ la moitié de la population africaine vivant sans accès à l’électricité et quelque deux tiers vivant sans accès à aucune forme d’énergie moderne, l’Afrique ne peut pas, à l’heure actuelle, envisager d’abandonner le pétrole et le gaz, que nous avons en abondance, pour des technologies que nous connaissons peu et dont le coût de certaines les rendent inaccessibles.

Excellences,

Pour éviter tout malentendu. Je voudrais réaffirmer notre position sur la transition énergétique mondiale, une position que nous devons tous à l’organisation et au continent évoquer et défendre nos intérêts d’une seule voie. L’APPO ne conteste pas la science du changement climatique. Nous ne sommes pas non plus contre les efforts humains visant à lutter contre les dangers du changement climatique.

Le changement climatique est réel. Ce que nous proposons à discuter, c’est l’approche imposée et unilatérale de sa gestion, où les pays développés du monde qui, pendant plus d’un siècle, ont utilisé d’une manière massive des combustibles fossiles pour développer leurs économies et leurs sociétés, et qui ont toujours été conscients des dangers des émissions de combustibles fossiles, rétorquent aujourd’hui que les combustibles fossiles sont dangereux pour l’humanité et que nous devrions tous les abandonner.

Et cela se produit au moment où nos économies sont prêtes à se lancer dans l’industrialisation, qui nécessite beaucoup d’énergie, et où leurs économies sont passées de la dépendance à la production industrielle à la production de connaissances et à l’intelligence artificielle, et nécessitent donc moins d’énergie.

Excellences, distingués délégués,

Toutes les prévisions montrent que la croissance de la demande d’énergie en Afrique au cours des quinze prochaines années sera de 40% de ce qu’elle est aujourd’hui. Ceci contre une croissance de la demande mondiale de 10% pour la même période.

De même, la population africaine devrait doubler en moins de trois décennies, alors que le taux de croissance mondial est de 26 % pour la même période. La conséquence de ces chiffres est que l’Afrique a besoin de toute l’énergie qu’elle peut obtenir pour pouvoir atteindre les objectifs de l’UNSDG (Groupe des Nations Unies pour le Développement Durable).

Il est donc évident que les plus grands perdants d’une poursuite unilatérale et agressive de la transition énergétique sera l’Afrique. Non pas parce que nous sommes le seul continent à produire des combustibles fossiles. Non. L’ensemble de l’Afrique ne produit pas le volume de pétrole et de gaz que certains pays produisent individuellement. Mais notre stratégie est que, contrairement à d’autres régions du monde qui, dans une large mesure, ont utilisé leurs richesses pétrolières et gazières pour diversifier leurs économies, les pays africains producteurs de pétrole sont restés largement dépendants des revenus des combustibles fossiles.

Je suis heureux de constater que la clairvoyance de ce Conseil sur cette question a conduit à la commande d’une étude majeure sur L’Avenir de l’Industrie Pétrolière et Gazière en Afrique à la Lumière de la Transition Energétique, dont le rapport sera présenté à cette réunion plus tard dans la journée. Au moment où nous examinons le rapport et les recommandations de cette étude, j’invite instamment tous les collègues à l’étudier de manière impartiale et en tenant compte des intérêts à long terme de nos peuples et de notre continent.

Ceci est particulièrement important au vu des défis majeurs que la transition énergétique a lancé à l’industrie pétrolière et gazière, notamment en Afrique. Pour une industrie à forte intensité de capital et hautement technologique, les politiques introduites par les pays développés risquent d’impacter dangereusement nos industries, lesquelles ont été promises à un avenir fleurissant, il y a de cela quelques années.

Comment expliquer autrement la fermeture des facultés d’études pétrolières dans certaines des institutions de recherche pétrolière les plus réputées au monde ? Comment expliquer autrement l’interdiction générale, par les principales institutions financières mondiales, de financer des projets d’hydrocarbures ? Sommes-nous prêts à déclarer les énormes réserves prouvées de l’Afrique comme des actifs échoués alors que nous avons la plus grande proportion de la population mondiale vivant dans la pauvreté énergétique ? Quelle est la voie à suivre pour l’Afrique ? Ce sont là quelques-unes des questions que nous aborderons au cours de cette réunion.

Excellences,

L’année 2021 est effectivement la première année complète de fonctionnement du Secrétariat de l’APPO depuis la fin de la réforme en décembre 2019, car la majeure partie de l’année 2020 a été placée sous le régime des restrictions liées à lutte contre la Covid-19, le Secrétariat n’ayant pas pu recruter de personnel ni faire en sorte que les personnes recrutées se présentent au travail avant le dernier trimestre de l’année. Nous entendrons le Président du Conseil Exécutif et le Secrétaire Général sur les activités du Secrétariat au cours de cette première année complète de fonctionnement.  Mais avant cela, je souhaiterai convier nos Ministres invités à délivrer des messages de bonne volonté.

Je voudrais commencer par inviter Son Excellence Aishatou Sophie Gladima, Ministre du Pétrole et des Énergies de la République du Sénégal pour nous donner son message de bonne volonté…

Je vous remercie, Excellence Madame la Ministre, pour ces mots aimables. Nous attendons avec impatience l’adhésion pleine et entière du Sénégal à l’APPO.

J’ai le plaisir d’inviter maintenant Son Excellence Mohammed Amin Adam, Vice-Ministre de l’Energie du Ghana, pour nous donner son message de bonne volonté …….

Merci, Excellence Monsieur le Ministre Adam. Nous attendons avec impatience la pleine adhésion du Ghana à l’APPO.

Je voudrais maintenant inviter le Secrétaire général à faire rapport sur l’état d’avancement de la mise en œuvre des Résolutions 271 et 272 du Conseil Ministériel et sur toute autre question qui requiert l’attention du Conseil des Ministres.

English EN French FR